Today is April 16, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

הפך בה והפך בה—Lis-la, relis-la et relis-la encore et encore

Beréshit 5784 en français

by Rabbi Ysoscher Katz (Posted on October 12, 2023)
Topics: Breishit, French, Sefer Breishit, Torah

Print Friendly, PDF & Email

Translated by Rabbi Émile Ackermann

Nous vivons à New York, mais ma femme, nos deux garçons et moi passons nos étés en Israël. Nous faisons cela depuis maintenant quatorze ans. À chaque fois, en route vers Israël, nous faisons escale dans un pays européen différent pour des vacances familiales de sept à dix jours.

Il y a environ dix ans, nous avions choisi Berlin comme destination de vacances. À l’époque, nos garçons avaient quatre et six ans. Bien que le plus jeune n’était pas assez âgé pour appréhender la dimension historique de cette destination particulière, le plus grand commençait à saisir l’importance de l’expérience.

Parmi tous les sites historiques que nous avons visités, les vestiges du mur de Berlin l’ont particulièrement impressionné. Il était très curieux de connaître l’histoire du mur, de sa construction puis démolition. Il nous a interrogés à ce sujet, et nous lui avons partagé une version adaptée à son âge.

Au bout de quelques jours, il est devenu évident pour ma femme et moi qu’il était profondément marqué par cette histoire.Nous avons à sa demande, répété le récit encore et encore, en préservant les éléments de base de l’événement mais en ajoutant quelque chose de nouveau à chaque fois : un détail inédit, un angle différent ou peut-être un peu plus de substance.

À cette époque de l’année, je me rappelle de cette expérience.

Alors que nous entamons un nouveau cycle de lecture de la Torah, il est difficile d’éviter un sentiment de déjà vu : allons-nous encore lire les histoires du livre de la Genèse, des Nombres, etc. ? Ne les connaissons-nous pas déjà ? Ne les avons-nous pas entendues l’année dernière, l’année précédente, et l’année d’avant ?

Eh bien, ce n’est pas ce que notre fils nous a appris. Il croyait qu’on pouvait écouter la même histoire plusieurs fois et trouver chaque répétition stimulante et instructive.

Si cela est vrai pour les histoires en général, c’est d’autant plus vrai pour les récits religieux de la Torah, que nous relisons chaque année.

Les étudiants du Ba’al Shem Tov prétendent que Mattan Torah – le don de la Torah –  ne fut pas un événement ponctuel, mais se produit à nouveau chaque fois que nous lisons la Torah. Kri’at HaTorah – la lecture de la Torah – recèle un fragment de Mattan Torah. Nous rencontrons donc une Torah “nouvelle” chaque année, semaine après semaine.

Alors que les textes que nous avons reçus au Har Sinai sont éternels et toujours les mêmes, notre expérience existentielle de ce que ces mots nous disent est nouvelle chaque année. Certains aspects du récit de la Torah et de ses lois ont profondément résonné l’année dernière mais pourraient perdre leur résonance cette année, et vice versa. Les histoires et les commandements qui n’ont pas eu d’impact la dernière fois pourraient prendre vie cette année.

Comme l’explique Maïmonide (voir son commentaire de la Michna à la fin du traité Makkot), la totalité de la Torah a été inspirée divinement, précisément pour cette raison. L’immensité est là pour offrir quelque chose à chacun. En relisant constamment la Torah, nous nous permettons d’enrichir notre palette spirituelle et de trouver différents aspects des paroles de Dieu pertinents et signifiants.

Ce Shabbat, donc, lorsque la personne qui lira à la Torah proclamera les versets d’ouverture de la Parashat Bereishit, offrez-vous la possibilité de rencontrer notre texte d’Alliance à nouveau, d’expérimenter un Matan Torah personnel. Peut-être découvrirez-vous quelque chose qui n’était pas là, pour vous, l’année dernière. Peut-être remarquerez-vous un nouveau mot qui n’était pas là dans le passé (pour vous) ou percevrez-vous une nouvelle note musicale dans la symphonie biblique qui résonnera soudainement en vous, pénétrant votre âme et l’embrasant.

Vous permettre de vivre ces récits à nouveau, comme si vous ne les aviez jamais entendus auparavant, pourrait peut-être vous révéler votre חלקך בתורה, l’aspect de la Torah qui vous est propre et exclusif. Et si vous ne vous ouvrez pas de cette manière pour le révéler, cela ne viendra peut-être jamais à la lumière, privant chacun d’entre nous de certains aspects de la Torah et rendant également la Torah incomplète et (métaphysiquement) passul. Une Torah incomplète est invalide, même s’il manque seulement une lettre. Vous pourriez être en possession de cette lettre unique, jusqu’à présent manquante (métaphoriquement).

Pour ma part, j’ai hâte d’entendre la version actuelle de ces majestueuses histoires. En les regardant à travers le prisme des nouvelles perspectives annuelles que nous apportons à cette rencontre,je me demanderai : Quelle est exactement l’histoire de la création ? Comment ma perception de ses détails diffère-t-elle de celle que j’avais l’année dernière ? Qu’est-il arrivé à Noé et à sa famille lorsque le monde a été détruit par un événement surnaturel ? À quoi ressemblaient nos patriarches et matriarches ? Comment ont-ils fait face quand la tragédie a frappé (la famine, l’infertilité, les conflits conjugaux et familiaux) ? Que pouvons-nous apprendre de cela ? Pouvons-nous déduire de ces expériences des clés pour notre situation actuelle ? De même, de quelle manière les édits légaux de la Torah seront-ils similaires à la version de l’année dernière et en quoi seront-ils différents, conçus différemment par le nouveau “Moi” qui a tellement changé depuis la dernière fois que nous les avons lus.