Today is June 17, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Vayeh’i – Le Rosh Yeshiva Réponds – Peut-on pratiquer des actes médicaux sur un cadavre ?

by Rabbi Dov Linzer (Posted on December 27, 2023)
Topics: French, Rosh Yeshiva Responds, Sefer Breishit, Torah, Vayechi

Print Friendly, PDF & Email

https://pixabay.com/photos/swabs-cotton-swab-clean-ear-ears-166409/

וַיְצַו יוֹסֵף אֶת עֲבָדָיו אֶת הָרֹפְאִים לַחֲנֹט אֶת אָבִיו וַיַּחַנְטוּ הָרֹפְאִים אֶת יִשְׂרָאֵל :

“Joseph ordonna à ses serviteurs les médecins d’embaumer son père, et les médecins embaumèrent Israël.” (Bereishit 50:2)

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

To read this post in Spanish, click here

QUESTION—New York, NY

Une question bientôt pratique : L’État de New York exige que lorsque des patients hospitalisés décèdent à cause du COVID-19 ou de la grippe, l’hôpital doit fournir la documentation d’un prélèvement nasal effectué dans les 14 jours précédents. Si aucun test de qualification n’a été effectué et qu’il n’existe pas d’échantillon prélevé avant le décès du patient et pouvant faire l’objet de tests supplémentaires, l’équipe clinique a pour instruction de procéder à un prélèvement directement sur le corps. Est-ce que je me souviens correctement que cela pose un problème halakhique ? La famille devrait-elle empêcher cela si elle le peut ?

RÉPONSE

Bien qu’il existe un problème halakhique général de nivul ha’met, de traitement déshonorant ou de profanation du corps, cela ne s’applique pas ici, car il s’agit de procédures de routine effectuées régulièrement sur des personnes de leur vivant. Rav Moshe Feinstein, dans un cas similaire, autorise le prélèvement de liquide ou de sang sur un cadavre si cela est nécessaire pour déterminer sa maladie. Il écrit :

Il me semble que si l’on ne coupe pas un membre et que l’on n’enlève aucune partie du cou ou du ventre, mais que l’on veut simplement insérer une aiguille pour prélever un peu de liquide afin de déterminer certaines questions relatives à la maladie, cela ne doit pas être considéré comme une profanation du corps. Comme cela se fait fréquemment de nos jours, même sur des personnes vivantes, on peut certainement être indulgent. De même, enlever un peu de sang et d’autres substances similaires à l’aide d’une aiguille n’est pas non plus une profanation et est autorisé. Même si je ne l’ai pas trouvé explicitement, il me semble que c’est clair.

Un prélèvement nasal post mortem n’est pas différent et est tout à fait autorisé.