Today is February 20, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Bo – Le Rosh Yeshiva Réponds – Est ce qu’un nouveau converti doit tremper ses ustensiles au mikve ? 

by Rabbi Dov Linzer (Posted on January 17, 2024)
Topics: Bo, French, Rosh Yeshiva Responds, Sefer Shemot, Torah

Print Friendly, PDF & Email

https://pixabay.com/photos/plate-wash-dish-storage-1767422/

דַּבֶּר נָא בְּאָזְנֵי הָעָם וְיִשְׁאֲלוּ אִישׁ מֵאֵת רֵעֵהוּ וְאִשָּׁה מֵאֵת רְעוּתָהּ כְּלֵי כֶסֶף וּכְלֵי זָהָב

” Parlez maintenant aux oreilles du peuple, et que chaque homme emprunte à son voisin, et chaque femme à sa voisine, des bijoux d’argent et des bijoux d’or.” (Shemot 11:2).

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

To read this post in Spanish, click here

QUESTION—Brooklyn, NY

Quelle est la position du Rosh Yeshiva sur la question de savoir si un nouveau ger doit tremper au mikve sa vaisselle ?

RÉPONSE

Cette question fait l’objet d’un débat entre les poskim. Il n’y a aucune preuve que cela ait jamais été fait dans le passé et les poskim des générations précédentes n’en parlent pas, donc la preuve par le silence est que ce n’est pas nécessaire. Quant à la question de savoir pourquoi, une explication intéressante est que, tout comme il entre dans la kedushat Yisrael, la sainteté du peuple juif, lorsqu’il se convertit, tous ses biens, et en particulier ses ustensiles de cuisine et de table, entrent également dans cette catégorie. D’autres soutiennent également qu’une personne n’est obligée que lorsque le récipient est acheté à un non-Juif, ce qui n’est pas le cas ici. Certains poskim ne sont pas d’accord, et certains adoptent la position selon laquelle il existe un doute quant à l’obligation d’immerger les récipients en métal, dont beaucoup pensent qu’ils sont bibliquement obligés d’être immergés, mais ils le font sans brakha. Étant donné la mitsva d’ahavat ha’ger, d’aimer le converti et d’essayer de ne pas rendre la conversion encore plus lourde, il me semble que si cela représente une difficulté (soit en termes d’effort, soit simplement sur le plan émotionnel), on devrait décider, comme la majorité des poskim, qu’il est exempté. D’un autre côté, si le converti pense que cela l’aidera à marquer une transition entre sa vie passée et sa vie présente, il devrait immerger les récipients sans brakha.