Today is May 26, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Tazria – Le Rosh Yeshiva Réponds – Recours à un Mohel qui n’est pas Shomer Shabbat

by Rabbi Dov Linzer (Posted on April 11, 2024)
Topics: French, Rosh Yeshiva Responds, Sefer Vayikra, Tazria, Torah

Print Friendly, PDF & Email

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Britmila2.jpg

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

וּבַיּוֹם הַשְּׁמִינִי יִמּוֹל בְּשַׂר ערְלָתוֹ׃ (Vayikra 12:3)

וביום השמיני ימול בשר ערלתו ואפילו בשבת

“’Le huitième jour, tu circoncira sa chair’ – et car vous devez distinguer” (Shabbat 132a).

QUESTION—New York, NY

Dans une petite ville où il n’y a pas de mohel traditionnel à proximité, pouvons-nous être indulgents quant à l’identité du mohel afin d’éviter de reporter une brit mila de Chabbat ? Autoriserions-nous un mohel qui n’est pas shomer Shabbat (c’est-à-dire un médecin juif qui pratique la circoncision en coordination avec les communautés locales) ? Que se passe-t-il si le mohel habite assez près pour que l’on puisse marcher (~ 1h30), mais qu’il conduira probablement ?

RÉPONSE

Tout d’abord, il convient de noter que si cela est nécessaire pour des raisons halakhiques, la brit mila peut être reporté. Par exemple, un certain nombre de poskim israéliens statuent que vous devez le faire si les membres de la famille se rendent à la brit mila en voiture le Chabbat. Il est certain que si la personne n’est pas un mohel valide, il faut absolument reporter la brit mila au dimanche.

Alors, un transgresseur de Shabbat peut-il être un mohel ? La réponse à cette question commence par l’examen de la décision de Rema dans le Shoulh’an Aroukh YD 264:1, selon laquelle une personne qui rejette toute la Torah (un mumar) n’est pas valide pour servir de mohel. Cependant, cette décision repose sur des bases fragiles. La Guemara ne disqualifie que quelqu’un qui n’est pas obligé de faire la milah et même Or Zarua, qui est la source de la décision de Rema, ne fait qu’évoquer la possibilité qu’une telle personne puisse être invalide. De nombreux poskim s’appuient donc sur la décision du Rema et affirment qu’un mumar peut servir de mohel. (Voir, par exemple, Birkei Yosef, 264:2, citant Pri Chadash, Rabbi Akiva Eiger, sur YD 264).

Même si l’on admet qu’un mumar est invalide, il est très douteux qu’un contrevenant au Chabbat entre dans cette catégorie dans ce cas. Bien que nous assimilions normalement les deux, l’invalidité est ici basée sur le rejet de la milah, ce qui n’est pas pertinent dans notre cas. En outre, le principe général de tinok she’nishba, selon lequel nous n’appliquons pas les disqualifications qui découlent de la non-observation de Chabbat, devrait s’appliquer dans ce cas.

Il convient toutefois de noter que Rav Moshe Feinstein, qui est par ailleurs prêt à appliquer le principe de tinok she’nishba, déclare qu’il est interdit d’utiliser un mohel qui n’est pas shomer Shabbat (Iggrot Moshe YD 2:118), même si cela signifie qu’il faut retarder la milah.

Néanmoins, étant donné les arguments ci-dessus, je dirais que si le mohel est laïc, ou est fondamentalement autre chose qu’un rejet de principe de Chabbat, il est cachère be’dieved, et dans ce cas vous pouvez l’utiliser, puisqu’il y a un besoin pressant.

Qu’en est-il du fait que le mohel conduira en raison de votre invitation. Selon Rav Moshe, une telle invitation pourrait même être considérée comme une incitation directe au péché, puisque s’il conduit, il le fait directement en réponse à votre invitation (Iggrot Moshe OC 1:99). Néanmoins, la pratique dans les groupes de jeunes et les organisations de kirouv, ainsi que dans la communauté en général, est d’inviter des hôtes et de leur proposer de les héberger dans votre maison. Ici, cependant, la situation est différente. Le fait qu’il monte dans la voiture et vous rejoigne parce que vous le payez, vous lie étroitement à son chilul Shabbat. Je dirais : “Je ne peux pas vous demander de faire la mila si cela signifie que vous devez venir en voiture. Je peux vous héberger chez moi, dans un hotel local, etc. ou vous pouvez prendre le bus. Êtes-vous d’accord ?” S’il dit oui, vous ne pouvez pas être responsable s’il conduit à la fin. S’il dit qu’il conduira probablement, vous devrez alors repousser l’échéance à dimanche.