Today is May 25, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Aharei Mot – Le Rosh Yeshiva Réponds – Assister à un mariage durant le Omer

by Rabbi Dov Linzer (Posted on May 1, 2024)
Topics: Acharei Mot, French, Rosh Yeshiva Responds, Sefer Vayikra, Torah

Print Friendly, PDF & Email

https://pixabay.com/photos/beach-wedding-reception-1854076/

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

QUESTION

J’ai été invité à un mariage qui aura lieu la dernière semaine de mai, avant Lag ba’Omer. C’est à la fois après la fin de Nissan et avant Lag ba’Omer, donc quelles que soient les pratiques de la Sefirah, il est interdit d’aller à un mariage à cette période. Mais il s’agit de ma famille et il me serait difficile de refuser. Que puis-je faire ?

RÉPONSE

Cette question a été abordée il y a de nombreuses années par le Rav Moshe Feinstein. Dans Iggrot Moshe (OH 1:159), Rav Moshe passe en revue tous les minhagim liés au moment des pratiques de la Sefirah. Il déclare tout d’abord que dans les grandes villes comme New York, où les gens ont émigré de toutes parts et où une multiplicité de pratiques est présente, il n’est pas nécessaire qu’il y ait une seule pratique pour toute la ville. Il énumère ensuite 6 ( !) pratiques de Sefirah différentes et identifie le modèle conceptuel qui sous-tend chacune d’entre elles, arrivant à la conclusion choquante qu’une personne peut passer – d’une année à l’autre ! – entre des pratiques basées sur le même modèle sous-jacent.  Cela permet une grande flexibilité lorsqu’il s’agit de programmer des mariages pendant cette période.

Rav Moshe termine par deux autres décisions originales. Tout d’abord, il affirme qu’il n’y a aucune preuve que la restriction de se marier pendant cette période s’applique à quelqu’un d’autre que les mariés, et que les invités peuvent assister à des mariages qui sont programmés à un moment où eux-mêmes, en raison de leurs pratiques de Sefirah, ne seraient pas autorisés à se marier. Cela signifie que si le mariage a lieu en Nissan et que les mariés ne commencent à observer la Sefirah qu’après la fin de Nissan, il vous est permis d’assister au mariage, quelle que soit la date à laquelle vous avez commencé ou terminé votre pratique de la Sefirah.

Enfin, il soutient que même si le mariage a lieu à un moment qui va à l’encontre de toutes les coutumes, les invités peuvent quand même y assister, car ne pas y assister reviendrait à punir les mariés pour leur violation, ce que, selon le Choulkhan Aroukh, nous ne pouvons pas faire. Ainsi, même dans un cas comme le vôtre, où le moment du mariage ne correspond à aucune pratique de la Sefirah, il vous est permis d’assister au mariage en tant qu’invité.

Mazal Tov !