Today is May 26, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Kedoshim – Le Rosh Yeshiva Réponds – Orlah en dehors d’Israël

by Rabbi Dov Linzer (Posted on May 9, 2024)
Topics: French, Kedoshim, Sefer Vayikra, Torah

Print Friendly, PDF & Email

https://pixabay.com/photos/apple-red-hand-apple-plantation-2788662/

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

וְכִֽי־תָבֹ֣אוּ אֶל־הָאָ֗רֶץ וּנְטַעְתֶּם֙ כָּל־עֵ֣ץ מַֽאֲכָ֔ל וַֽעֲרַלְתֶּ֥ם עָרְלָת֖וֹ אֶת־פִּרְי֑וֹ שָׁלֹ֣שׁ שָׁנִ֗ים יִהְיֶ֥ה לָכֶ֛ם עֲרֵלִ֖ים לֹ֥א יֵאָכֵֽל

Quand vous serez entrés dans la Terre promise et y aurez planté quelque arbre fruitier, vous en considérerez le fruit comme une excroissance: trois années durant, ce sera pour vous autant d’excroissances, il n’en sera point mangé (Vayikra 19:23).

QUESTION—Californie, Etats-Unis

Nous envisageons de planter de nouveaux arbres dans notre jardin et j’ai trouvé quelques arbres fruitiers qui m’intéressent.

Je voulais savoir si les lois de l’orlah s’appliquent en dehors d’Israël et, dans l’affirmative, dans quelles circonstances devrais-je attendre 3 ans avant d’être autorisé à manger les fruits ?

RÉPONSE

La loi Orlah s’applique en dehors de la Terre d’Israël, conformément à la Halakha LeMoshe MiSinai (Orlah 3:9) ; Shulchan Arukh YD 294:7). Nous sommes extrêmement indulgents dans tous les cas de doute, même ceux qui pourraient être facilement vérifiés (SA YD 294:9).

Une personne doit-elle attendre 3 ans à partir du moment où l’arbre est replanté dans son jardin ? La réponse est « non », tant que les racines ont conservé une partie de la terre d’origine, de sorte que l’arbre puisse être soutenu par elles, même pendant quelques jours. Étant donné que nous sommes indulgents en ce qui concerne les doutes relatifs à l’orlah, il n’est pas nécessaire de faire appel à un expert pour évaluer cette question. (Voir SA YD 294:19 et Pitchei Teshuva, no. 13).

Ainsi, si cet arbre a déjà poussé pendant 3 ans et qu’il y avait suffisamment de terre sur ses racines pour lui permettre de continuer à pousser pendant quelques jours, il n’y a pas de problème.

Cependant, si l’arbre n’avait pas encore poussé pendant 3 ans, il faudrait attendre la fin des 3 ans avant d’en tirer un bénéfice. [Pour savoir comment on compte les trois ans, voir SA YD 294:4].

Si l’arbre a été greffé avec d’autres arbres, il y a également un problème de kilayim, qui s’applique également en chutz la’aretz au niveau rabbinique. Veuillez me faire savoir si c’est le cas et je pourrai examiner avec vous les règles applicables.