Today is July 19, 2024 / /

The Torah Learning Library of Yeshivat Chovevei Torah

Shelach Lecha – Le Rosh Yeshiva Réponds – Donner et changer les noms hébreux

by Rabbi Dov Linzer (Posted on June 26, 2024)
Topics: French, Rosh Yeshiva Responds, Sefer Bamidbar, Shelach, Torah

Print Friendly, PDF & Email

https://pixabay.com/photos/education-blocks-game-school-3826840/

Traduit par Rabbi Émile Ackermann

To read this post in English, click here

וַיִּקְרָ֥א מֹשֶׁ֛ה לְהוֹשֵׁ֥עַ בִּן־נ֖וּן יְהוֹשֻֽׁעַ

“Moshé appela Hoshea ben Nun, Yehoshuah” (Bamidbar 13:16)

QUESTION-Chicago

Un couple, tous deux juifs, dont j’ai célébré le mariage, a eu un fils il y a deux ans. Il a été circoncis par un mohel le huitième jour, mais au cabinet du pédiatre, dans le cadre d’une procédure. Aucune cérémonie n’a eu lieu à ce moment-là ni par la suite. Les parents souhaitent à présent donner à leur fils un nom hébraïque. Bien que le nom soit généralement donné lors de la brit, existe-t-il un moyen de donner un nom à ce garçon sans autre cérémonie ? Les parents souhaitent vivement que leur enfant soit rattaché de manière plus formelle à la communauté juive.

New York

Nous avons une situation urgente dans laquelle une personne malade veut se rajouter un nom et ne peut pas venir à la synagogue. Elle a suggéré que quelqu’un de la synagogue le fasse sans elle. Et si cela n’est pas fait à la synagogue, peut-elle demander à un ami de l’appeler par ce nom ?

RÉPONSE

Donner un nom à un bébé ne nécessite pas de brit ou de cérémonie spéciale – pensez à la façon dont les filles juives sont traditionnellement nommées. Tout ce qu’il faut, c’est qu’il s’agisse du nom par lequel il est connu des autres. Je dirais que le père devrait faire son alya et demander au gabbai de faire un mishebeirach qui mentionnera sa femme et leur fils (sous son nouveau nom). De plus, s’ils ont l’intention de l’appeler par ce nouveau nom dans la pratique, le simple fait de commencer à le faire en présence d’autres personnes suffira.

En ce qui concerne l’ajout d’un nom ou le changement de nom d’une personne malade, le même principe s’applique. Tant que le nouveau nom est utilisé publiquement, il devient le nom de la personne. Demandez au gabbai de dire un mishebeirach et d’utiliser à la fois son nom en français et en hébreu (il est important d’utiliser son nom en français pour que les gens sachent à qui il se réfère). Disons qu’elle ajoute le nom חיה, il dira ” הוא ירפא את החולה – Sarah Goldberg, חיה שרה בת מרים… ” (Que Dieu guérisse les malades). “(Que Dieu guérisse la personne malade, Sarah Goldberg, Chaya Sarah bat Miriam…) Le fait que cela soit fait par un ami dans un cadre privé peut ne pas être suffisant, car cela n’en fait pas un nom connu de la communauté et ce n’est donc pas un nom sous lequel elle est connue.